Je suis Emma

J’étais interne, lui, il travaillait dans un chantier forestier. Nous nous retrouvions le week-end. Cela a duré deux ans. Ensuite, je l’ai rejoint définitivement. J’ai continué mes études par correspondance. Au chantier, je passais beaucoup de temps avec les femmes des travailleurs, je leur donnais des cours de cuisine, on allait marcher... C’était agréable, la vie du village de brousse. On rigolait, on papotait. Il fallait vivre avec les autres, car le chantier était très isolé. Cette vie en forêt me plaisait, j’ai appris le nom des arbres, on allait voir les animaux sauvages...  Même assise dans mon salon, je pouvais voir les éléphants passer ! Parfois cet isolement me pesait, alors je sortais du camp pour retourner voir ma famille.

La première fois que je suis arrivée en France, c’était assez bizarre. Mais la famille et les amis de mon mari m’ont tous bien reçu. Au début j’étais très timide, je passais mon temps à écouter, m’extasier ! Nous faisions des aller retour entre les deux pays et, au fur et à mesure, je suis restée de plus en plus longtemps en France pour essayer d’obtenir un métier, parce que c’était très important pour moi de devenir indépendante financièrement. J’ai fait des études pour devenir coiffeuse, mais malgré mon diplôme je n‘ai pas trouvé de boulot dans ce secteur.